Quel mobile ?

Seuls les criminels psychotiques et mentalement dérangés tuent sans raison apparente. Là se trouve un problème majeur pour l’accusation dans son dossier contre Hank Skinner. Hank n’est ni psychotique, ni mentalement dérangé – loin de là – il a un esprit d’analyse très clair et il est prédisposé à aider les autres, comme les faits l’ont prouvé avec son travail régulier dans le domaine para-juridique afin de protéger les droits constitutionnels des prisonniers et de ceux en attente de procès à la maison d’arrêt du Comté de Gray au Texas. Par conséquent, un mobile « rationnel » pour le meurtre devait être présenté aux jurés afin de les persuader de la culpabilité de Hank.

Hank Skinner vivait sur le lieu du crime, le vol n’était donc pas une option plausible. Lui et Twila étaient dans une relation que chacun d’entre eux pouvait quitter à tout moment – donc, l’accusation ne pouvait pas non plus invoquer une possible haine – alors ils optèrent pour la jalousie, un mobile notoire et spontané dans la plupart des affaires de meurtres. Il n’y avait qu’un seul problème – le Procureur, John Mann, avait tenté de persuader les jurés d’un fait contradictoire.

Dans son approche pour prouver que Hank Skinner était le seul suspect pour ce crime, l’accusation a affirmé qu’il n’y avait pas d’autres personnes présentes dans la maison, en dehors des victimes et de Hank Skinner, au moment des faits (cette affirmation est fausse – en fait l’équipe d’enquêteurs a activement refusé de tester tout scellé qui n’impliquerait pas Hank – la preuve de la présence d’une tierce personne existait et elle n’a pas été testée, c’est tout). Alors d’un côté, l’accusation argumentait que Hank Skinner avait tué sa concubine et ses deux fils adultes par jalousie – d’un autre côté, elle argumentait également qu’il n’y avait, dans la maison au moment des crimes, personne d’autre dont Hank aurait pu être jaloux. Par chance pour eux, le commentaire d’un des témoins, Howard Mitchell, s’est avéré très utile pour l’accusation afin « d’établir » le mobile de jalousie. Howard Mitchell avait témoigné que, un peu plus tôt dans la soirée, il s’était arrêté chez Hank et Twila pour les emmener à la soirée de réveillon qui se tenait chez lui. Il a certifié que lorsqu’il est arrivé, Hank était allongé sur le canapé, inconscient. Après avoir vainement tenté de le faire émerger en le secouant par le bras, Howard Mitchell et Twila sont partis pour la soirée de réveillon, laissant Hank dormir sur le canapé. Pendant la fête, Twila est devenue nerveuse en présence de son oncle, Robert Donnell, qui l’avait attaquée et violée à deux reprises par le passé. Cette nuit-là, Donnell lui a fait de nouveau des avances. Twila a demandé à Mitchell de la raccompagner chez elle, ce qu’il fit. Mitchell lui donna un baiser de bonne année avant de repartir chez lui, «je ne veux pas dire un baiser sur la bouche, juste une bise, vous savez» (extrait du témoignage de Howard Mitchell pour l’accusation lors du procès). Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’accusation a tenté d’insinuer qu’une bise de nouvel an avait été l’étincelle d’une crise de jalousie incontrôlable qui aurait mené au crime.

Selon le résumé du Procureur, John Mann, devant le jury :

« Vous vous souvenez d’elle (le Dr Elisabeth Peacock, médecin expert) vous parlant de l’épaisseur de l’os crânien de Twila, disant combien il était plus épais que la moyenne… et pourtant, elle a été frappée avec suffisamment de force pour fracturer la boîte crânienne et l’enfoncer dans le cerveau et ce en plusieurs endroits ? Mesdames et Messieurs, ceci est un acte de rage. C’est un acte de rage. C’est l’acte de Twila Busby, faisant ce qu’Henry Skinner, lui a dit de ne pas faire, de sa propre voix et avec ses propres mots, sur cette cassette que vous pouvez écouter : « Je lui avais dit de ne pas aller chez Howard Mitchell. Chaque fois qu’elle y va, elle fout tout en l’air. » Vous savez ce qu’il s’est passé. Il n’y est pas allé, elle oui. »

« Je vous ai dit pendant notre entretien individuel que nous n’avions pas besoin de prouver le mobile, mais nous l’avons. Les preuves le montrent – et une conclusion ou déduction logique de ces preuves est – quand il s’est réveillé, s’il était endormi, elle était partie. Howard Mitchell la raccompagne, ils restent assis dehors à bavarder pendant quelques minutes, il l’embrasse pour le nouvel an. Elle entre dans la maison et vous pouvez imaginer la sainte terreur avec laquelle elle fut accueillie. Vous pouvez le constaster devant vos yeux, c’est un acte de rage. »

Il n’y avait aucune preuve pour conforter cette théorie spéculative ; et d’ailleurs elle peut être facilement démontée. Principalement, le témoignage de Mitchell lors du procès qui indique que Hank n’avait aucune raison d’être jaloux :

La défense : Et je crois que vous avez témoigné l’avoir conduit jusqu’à la maison (en raccompagnant Twila chez elle après la soirée) et vous êtes allés dans l’allée et vous vous êtes garé ?
Mitchell : Ouais, je n’ai même pas coupé le moteur. Je l’ai raccompagnée, je me suis arrêté, je l’ai embrassé pour la bonne année et je suis reparti directement chez moi.
…….
La défense : Vous n’êtes pas sorti de la voiture pour rentrer dans la maison ?
Mitchell : Non, je ne l’ai pas fait.
……
La défense : Laissez-moi vous demander si vous aviez déjà eu l’occasion de parler avec Twila de ses sentiments à l’égard de Hank Skinner ?
Mitchell : Oui.
La défense : Quels étaient ses sentiments à l’égard de Hank Skinner, tels quels vous les a exprimés ?
Mitchell : En fait, elle disait être follement amoureuse de lui.
La défense : …Étiez–vous à ses côtés lorsqu’elle a fait cette déclaration à plusieurs reprises ?
Mitchell : Elle l’a fait à de nombreuses reprises.

Deuxièmement, ce qui est plus important encore, c’est le recoupement de trois témoignages indépendants qui prouve que Hank n’aurait pas pu voir Twila revenir à la maison et embrasser Mitchell, le soir du Nouvel An.

Tout ce qui suit a été présenté lors du procès :

Howard Mitchell a certifié qu’entre 22H et 22H15, il est arrivé au domicile de Hank et Twila où il a trouvé Hank

« allongé sur le canapé, inconscient… je n’ai pu obtenir aucune réaction de sa part… Je lui ai agrippé le bras et je l’ai secoué… (il était)… dans une espèce de coma peut-être… je ne veux pas dire un léger… je veux dire, il était… il n’avait aucune réaction. »

Il témoigna ensuite que Twila et lui avaient quitté la maison – Hank Skinner toujours allongé inconscient sur le canapé. Des prélèvements sanguins ont été effectués sur Hank, à peu près six heures et demi après l’heure des crimes. Ceux-ci montrent un taux important d’alcool et de codéine. D’après ces résultats, et d’après le témoignage de Howard Mitchell, le toxicologue Dr William Lowry a pu déterminer et certifier qu’à l’heure des crimes, Hank Skinner était dans un état de léthargie. Le médecin a certifié que dans cet état, la plupart des gens auraient été inconscients, même s’ils auraient pu se réveiller. Dans l’improbable éventualité qu’ils puissent être éveillés, ils

« …utiliseraient le plus gros de leur énergie pour tenter de se tenir debout, de marcher… dans un état léthargique, une personne devrait s’accrocher à quelque chose pour parvenir à se maintenir debout ; et parfois sans y parvenir, elle serait enclin à rechercher un peu… d’assistance pour s’agripper à des choses afin de pouvoir se redresser et se tenir debout. »

Il est clair que dans un tel état, Hank était allongé sur le canapé, inconscient ou pas.

En réponse à une question de la défense

« …je crois que vous avez témoigné avoir conduit jusqu’à la maison, êtes-vous allé dans l’allée et vous y êtes-vous garé ? »

Howard Mitchell a témoigné que

« Ouais, je n’ai jamais arrêté le moteur. Je suis juste allé jusqu’à la maison, je me suis arrêté, je l’ai embrassée pour la nouvelle année et je suis reparti directement. »

Maintenant, voilà le hic…

Ce que nous avons, maintenant, témoignage et échantillons de sang qui prouvent que Hank Skinner était effondré chez lui, vraisemblablement inconscient – ou dans le meilleur des cas semi-conscient et largement immobilisé. Dans cet état, Hank aurait du être à l’affût, près d’une fenêtre donnant sur l’allée au moment précis où Howard Mitchell embrassé Twila pour la nouvelle année; il aurait du, pour cela, être suffisamment lucide pour comprendre ce qu’il se passait ; suffisamment agité pour se soucier de cette tradition inoffensive ; et – selon les affirmations de la partie civile – fort et suffisamment coordonné pour entreprendre une action violente contre Twila Busby et ses deux fils.

Cela semble déjà bien improbable, n’est-ce pas ?

Pourtant, l’improbabilité entre dans le royaume de l’impossibilité quand on considère les faits qui n’ont jamais été présentés devant la cour. Pour vous aider à comprendre, ce plan du lieu des crimes tel qu’il était le soir des meurtres :

La voiture de Mitchell était garée dans l’allée (tout à fait à droite). Hank était inconscient sur le canapé du salon. La fenêtre donnant sur le porche (à droite) est la seule qui offre une vue directement sur l’allée. Si Hank se tenait debout au bon endroit dans la pièce (complètement à gauche) et s’il y avait une vue dégagée à travers la fenêtre du salon et la bonne fenêtre du porche, il aurait pu, éventuellement, voir une petite partie de l’allée. Néanmoins, la fenêtre du porche en question était obstruée par des boites, une penderie et une glacière. De plus, le Dr. Lowry a été en mesure de déduire que Hank n’aurait pas pu se tenir debout – forcément puisqu’il était vraisemblablement inconscient.

Pour illustrer un peu mieux, se trouve ci-dessus la photo du porche et de l’allée. Les véhicules qui s’y trouvent n’ont rien à voir les crimes et c’est pourquoi ils ont été floutés afin de préserver leur anonymat.

Pour que la théorie de la partie civile tienne debout – à savoir que Hank aurait attaqué Twila et ses deux fils dans une crise de jalousie à propos de la bise du nouvel an de Howard Mitchell – on doit croire que la suite chancelante des évènements s’est déroulée ainsi :

Hank, allongé sur le canapé, s’est levé de son état d’intoxication et d’inconscience, avec suffisamment de clarté d’esprit pour reconnaître, juste au son, que Mitchell et Twila venaient d’arriver dans l’allée. Il y aurait eu une motivation suffisamment forte pour que Hank fournisse l’énorme effort nécessaire pour atteindre la fenêtre avec une vue sur l’allée. Si l’on doit en croire la théorie de l’accusation, on doit également admettre que Hank suspectait (contre toutes les preuves du contraire) que Twila lui était infidèle – tout cela à ce moment là. Souvenez vous que Hank était inconscient quand Mitchell est venu chercher Twila pour le réveillon – selon l’accusation, on doit croire que par une quelconque intuition ou sixième sens, Hank savait que Twila n’était pas dans la maison, qu’elle était en compagnie d’une tierce personne et que cette personne était un homme (pas l’un de ses fils) – comme il était inconscient à ce moment là, il n’avait pas pu entendre Twila partir en compagnie de Mitchell. Étant donné l’immense difficulté de Hank à pouvoir se déplacer, encore moins se tenir debout, on doit croire qu’il est parvenu en se traînant – en rampant et en titubant – autour du canapé, à travers le salon, puis par le porche, grimpant sur les boites, la glacière et la penderie pour regarder par la fenêtre en direction d’un petite partie de l’allée visible de cette fenêtre. Ou (avec encore plus de difficultés) atteindre et ouvrir la porte de côté qui donne sur le porche. Il aurait du effectuer tout cela sans que, ni Twila, ni Mitchell n’ait vu ou entendu ses trébuchements désorientés. La séquence d’événements décrite ci-dessus aurait du se dérouler pendant les quelques minutes durant lesquelles Mitchell est arrivé dans l’allée, a dit au revoir et est reparti.

Le mot de la fin

Il semble inconcevable, alors, que Hank ait pu tuer Twila Busby et ses deux fils juste à cause d’une bise de bonne année.

S’il avait tué les trois victimes dans une crise de jalousie, il y aurait eu, sur le lieu du crime, une tierce personne dont il aurait pu être jaloux – mais dans leur précipitation à identifier Skinner comme l’unique suspect, l’accusation a dit qu’il n’y avait pas de tierce personne autre que Howard Mitchell.

Hank n’aurait pas pu voir Mitchell embrasser Twila, par conséquent, il n’aurait pas pu avoir une crise de jalousie. Même l’accusation a réalisé que tout autre mobile proposé aurait grandement diminué sa crédibilité. Donc, pas de jalousie, pas de mobile. C’est un crime sans mobile. Hank est un homme intelligent, un travailleur para-juridique compétent avec un passé documenté sur ses attentions à l’égard des autres et la défense de leurs droits alors qu’il ne les connaissait à peine. Pourquoi aurait-il tué sa concubine et ses deux fils, encore moins sans raison ? La réponse est simple : IL NE L’AURAIT PAS FAIT.

Lire la suite dans la rubrique Application de la loi