Le lieu du crime

Lorsque la police est arrivée à la maison où Scooter s’était effondré, ils ont rapidement constaté où il vivait et se sont précipités. Quand ils sont arrivés, ils n’ont pas traité la scène du crime avec les précautions qui sont considérées comme une exigence essentielle dans toute enquête. Des mots de Hank :

« Ils ont piétiné la scène du crime. »

Lors des audiences avant le procès, il a été révélé que, à un moment donné, il y avait eu jusqu’à dix-huit officiers de police et un chien en même temps dans la maison.

La police a trouvé un manche de pioche ensanglanté près du canapé et un couteau couvert de sang sur le porche. Il y avait de nombreuses empreintes de main dans de la maison. Deux (identifiés ultérieurement comme celles de Hank) ont été trouvées, à 60 cm et à 75cm du sol, respectivement, sur la porte de la salle de bains/buanderie. En sortant de la maison, deux empreintes de main ont été trouvées sur et près de la porte qui mène de la cuisine à la buanderie à l’arrière de la maison; une a ensuite été identifiée comme appartenant à Hank, l’autre n’a jamais été identifiée, mais jusqu’à la fin du procès, elle a pourtant été présentée comme la sienne. Sur la porte donnant sur l’extérieur, une autre empreinte a été relevée et identifiée comme celle de Hank.

Bien sûr, au stade initial de l’enquête, aucun de ces scellés n’avait été analysé ni même identifié. Pourtant, dans les quelques minutes qui suivirent la découverte des corps, la police a décidé que Hank était le meurtrier. Du témoignage – présenté par J. Wallace, officier de  paix  assermenté :

« Le shérif Stubblefield savait que Henry Watkins « Hank » Skinner vivait avec Twila Busby au 801 East Campbell et le shérif Stubblefield avait le sentiment que Skinner était impliqué. »

Les représentants de la police locale étaient sévèrement partiaux à l’égard de Hank en raison de ses activités concernant les droits civils, en particulier les aspects de ce travail lors duquel Hank a défendu les droits de citoyens accusés à tort, et exposé les violations des droits des citoyens par les autorités ainsi que d’autres méthodes illégales employées par ces mêmes autorités.

En effet, ils étaient tellement déterminés à prouver que Hank était le meurtrier qu’ils ont envoyé un chien sous les fondations de la maison pour le chercher. Tout cela sans preuve le reliant à la scène du crime autre que le fait qu’il habitait là.

La recherche sur la scène du crime s’est déroulée, sans mandat de perquisition, pendant dix jours – un abus fondamental des droits constitutionnels. Toutefois, le juge a statué que cela était recevable. Glenn Unnasch, l’expert en empreinte digitale du laboratoire de police d’Austin, a été appelé sur la scène du crime le 5 janvier 1994. M. Unnasch aurait été « entravé » dans son enquête par la police de Pampa, qui

« a refusé de le laisser travailler sur l’ensemble de la scène du crime, mais plutôt l’a dirigé vers les empreintes ensanglantées que les policiers avaient trouvées, et lui a dit de ne récupérer que celles-là. On lui a dit de ne chercher que mes empreintes. » (Hank Skinner)

De la déclaration des témoignages déposée par Steven C. Losch, l’avocat représentant Hank pour son appel direct,

« Unnasch a cru qu’une recherche de la scène du crime pour des empreintes latentes qui n’étaient pas ensanglantées aurait pu produire des preuves importantes, mais il ne les a pas relevées parce que la police Pampa ne lui a pas demandé de le faire. Unnasch n’a pas non plus été invité à comparer l’empreinte de Hank  à celle retrouvée par Burroughs sur l’avant-bras gauche de Twila Busby. »

La déclaration des témoignages en dit encore plus sur l’analyse des preuves médico-légales trouvées sur la scène du crime. A plusieurs reprises, l’équipe d’enquêteurs a refusé d’effectuer des tests sur des scellés facilement disponibles qui auraient pu expliquer la source des concentrations sanguines individuelles et la nature de leur accumulation (par exemple, le sang répandu, compatible avec la proximité d’une attaque – sang trempé, compatible avec une accumulation quelque temps après l’attaque, etc.) De plus, d’autres points intéressants se rapportent à la qualité des analyses médico-légales. Les éléments suivants sont issus directement dans la déclaration des témoignages.

« La police de la Pampa a demandé au criminaliste de la police scientifique, Gary Stallings, de déterminer si la tache marron sur le torchon dans le sac plastique noir était du sang humain. Stallings n’a pas effectué ce test ou testez le couteau dans le sac pour les traces de sang… »

« Stallings ne s’est pas conformé à la demande de (Detective Terry) Young pour déterminer si le sang sur la lame du couteau qui a été trouvé sur le porche était le sang de l’accusé ou le sang d’une des victimes. Young a cru que la réponse à cette question était importante. Stallings a affirmé que c’était insignifiant car il n’y avait aucune preuve que l’une des victimes avait été poignardée avec le couteau trouvé sur le porche à l’avant de la maison. Le procureur n’était pas d’accord avec Stallings il a déclaré au jury dans sa synthèse que l’accusé a poignardé Caler (Scooter) avec ce couteau… »

« Dr Peacock a conservé… (Preuves potentielles du viol) dans un kit de violCe scellé aurait pu démontrer que Twila avait eu un rapport sexuel avec quelqu’un d’autre que l’accusé la nuit du crime. Young a cru qu’il était important de le tester, mais Stallings a décidé de ne pas faire les tests parce qu’il ne croyait pas que Twila avait été violée. Stallings ne savait pas que le pantalon de Twila était baissé et son corsage était relevé au-dessus de sa poitrine quand son corps a été trouvé… »

« Le Dr Peacock et Stallings ont convenu que les cheveux dans les mains de Twila Busby… pourraient venir de la tête de son agresseur…. Aucun test n’a été fait sur les cheveux parce que Stallings a estimé qu’ils provenaient probablement de la tête de Twila ou de la moquette… »

« Stallings a reconnu que… son sang de (l’agresseur de Twilaaurait pu s’accumuler sous ses ongles. Les coupures des ongles ensanglantés de Twila Busby ont été conservés et soumis à Stallings pour les tests.

Stallings n’a pas demandé de test d’ADN pour déterminer la source du sang parce qu’il croyait que c’était probablement son propre sang… »

Peu de respect a été accordé, alors, à des preuves potentiellement à décharge. Il semble clair que l’équipe d’enquêteurs avait déjà décidé qu’ils savaient qui étaient leur homme – ou peut-être, comme nous le verrons, qui ils voulaient que leur homme soit.

Pour conclure ce chapitre, nous laissons les derniers mots à Hank lui-même – des mots qui illustrent clairement son exaspération et sa frustration quant à la manière dont le « cas » contre lui était verrouillé par l’exclusion de toutes preuves qui auraient prouvé son innocence.

« Gary Stallings, le criminaliste responsable des tests effectués dans cette affaire, a témoigné qu’il n’était pas nécessaire de tester le sang sur les armes présumées du crime, les empreintes de mains ou les autres surfaces où elles ont été trouvées parce qu’elles n’étaient pas « pertinentes pour l’enquête… »

Stallings l’a comparé (le couteau trouvé sur le porche) à « une tasse de sang que le vent avait soufflé dans la cour », qu’il n’y avait aucune preuve qu’il ait eu quelque chose à voir avec les meurtres. Et donc il n’y avait aucune raison de tester le sang sur la lame. Il a dit que cela aurait présenté une « complication inutile » dans les preuves. Si ce que je crois est correct, cela aurait certainement été une « complication ». Cela aurait prouvé mon innocence. »

Lire la suite dans la rubrique Droits civiques