Manipulation du jury

Il n’est donc pas étonnant, avec une partie civile agressive et sans scrupule, la déplorable qualité d’enquête et la représentation de la défense, que le jury n’ait délibéré que pendant deux heures et demie avant de rendre son verdict. Mais le verdict est le fruit d’éléments additionnels.

Le jury, quel que soit le tribunal, doit prendre une décision basée sur une analyse critique des preuves fournies pendant le procès, et basée uniquement sur celles-ci. Ce principe semble avoir été bafoué dans le cas de Hank Skinner. Hank dit qu’il a des raisons de croire que le jury a été influencé par une fausse rumeur.

Cette rumeur suggérait que des preuves indiquant sa culpabilité, dont une confession enregistrée, n’auraient pas été présentées devant la Cour.  ( « Que des mensonges, mais efficace ! » HWS)

La possible orientation quant à la décision du jury est mieux expliquée par Hank lui-même :

« Il y a eu plusieurs éléments supprimés par le juge, c’est vrai. Mais il s’agissait d’une décision hâtive pour contrer une requête de la défense contre une fouille illégale et la suppression de preuves. Aucun des éléments omis n’avaient valeur de preuves pour l’accusation ; des citrons pris sur la table de la cuisine, un rouleau de papier toilette pris dans le salon, etc… – insignifiant, c’est tout. Pourtant le procureur en a fait bon usage. M. Comer lui a écrit une lettre avant le procès lui demandant que ‘TOUS les éléments saisis soient présentés à Fort Worth.’ Donc, le procureur les a fait apporter au tribunal, où le jury put voir des cartons, mais pas leurs contenus. Ensuite Comer a fait des bonds devant le jury et dit au juge, d’une voix tracassée ‘ces preuves ont été supprimées ! Ce n’était même pas supposé être là ! Il y a erreur de procédure !’ Et bien, si le jury n’avait pas été informé de ce que j’ai dit précédemment, (la suppression présumée de preuves concluantes)… imaginez l’effet que cela a pu avoir sur eux. »

« Nous avons l’évidence de l’effet produit. Quand ils sont allés délibérer, la première chose qu’ils firent fut d’envoyer une note pour dire au juge qu’ils souhaitaient une liste complète de TOUTES les preuves et un magnétophone… Le juge leur répondit que toutes les preuves qu’ils devaient prendre en considération étaient déjà dans la salle de délibération. En d’autres termes, ‘bien sûr, il y a d’autres preuves, mais vous les verrez pas’. »

Lire la suite dans la rubrique Le dossier de Hank aujourd’hui : les tests ADN